Les frais des notaires en France

En France, le président Emmanuel Macron avait promis, durant sa campagne électorale, qu’il allait instaurer une réforme qui allait baisser les frais des notaires en cours. Pourtant, à l’aube de 2018, rien n’a changé : la France reste le deuxième pays européen où les droits de mutation sont les plus vertigineux.

Une poule aux œufs d’or pour l’État

Rien qu’en 2016, pas moins de 11 milliards d’euros ont été versés à l’État grâce aux droits de mutation, et ce record devrait, selon toute vraisemblance, être rapidement dépassé. Mais à qui profite aussi une grande partie de cet argent ? Aux notaires, bien entendu !

Que comprennent les frais de notaire ?

Lorsqu’un individu effectue un achat immobilier, il doit verser au notaire en exercice sa rémunération, les droits d’enregistrement et les débours. Ensemble, ces trois sommes représentent ce que l’on nomme les frais de notaire. Selon la Chambre des notaires de Paris, jusqu’au 4/5 du montant des sommes déduites de l’acheteur peut être acheminé vers l’État.

Les frais de notaire en pourcentage

En analysant ces frais, on sait qu’il n’est pas aisé de se représenter un pourcentage exact du prix de vente. Plusieurs facteurs entrent en compte lors du calcul des frais de notaire, dont la nature de l’espace ou du bien, la présence de mobilier, la localisation, etc. Néanmoins, avant, les frais de notaire s’élèvent à 8 % tandis qu’ils stagnent à 2 à 3 % actuellement.

Frais de notaire en cas d’achat immobilier

Le notaire est un acteur-clé durant l’achat, étant donné qu’en plus de s’occuper de la rédaction des actes, il organise également la signature entre les deux parties. De plus, il gère aussi les petits détails de la vente. Pour cela, l’acheteur lui paye les frais de notaire décrits ci-dessous.

Calcul des frais de notaire

Une estimation du montant des frais de notaire peut être trouvée en joignant 8 % au montant prévu d’achat d’un bien ancien contre 3 % pour le prix d’acquisition d’un bien nouveau. On peut remarquer qu’il est plus avantageux financièrement d’opter pour un bien neuf.

Les frais de notaire sont inévitables si on veut effectuer tout achat immobilier. Mais en France, ces frais sont, selon de nombreux spécialistes et la plupart des Français eux-mêmes, trop élevés. Faudra-t-il encore attendre combien d’années avant de revoir ces chiffres à la baisse ?

Une calculatrice pour ne pas se tromper

Lors d’une vente que ce soit pour un appartement ou une maison, vous n’êtes pas à l’abri d’un problème à cause d’une erreur de calcul. En effet, le prix pourrait être beaucoup plus conséquent et c’est pour cette raison qu’il est préférable d’utiliser un outil prévu à cet usage. Sur le site https://www.immobilier-danger.com/simulation/calcul-frais-notaire.html, vous aurez une calculatrice.

  • Quelques éléments sont à inscrire pour que le résultat soit le plus juste possible.
  • Renseignez le type de bien à savoir un logement neuf ou ancien en précisant aussi le département.
  • Le prix est important puisqu’il a un impact considérable sur les frais de notaire.
  • L’outil calcule immédiatement le coût et ce que vous devez payer.
  • Par exemple, pour un logement neuf à Paris d’une valeur de 200 000 euros, les frais peuvent atteindre plus de 5000 euros.

Par contre, si vous passez la valeur à 300 000 euros, les frais de notaire sont alors supérieurs à 7000 euros. Cela vous montre qu’une petite différence peut avoir des conséquences importantes sur les frais de notaire. Pour ne pas avoir une mauvaise surprise, nous vous conseillons vivement d’utiliser cet outil qui vous apportera la plus grande satisfaction que ce soit une première vente ou la cinquième.