La flexibilité chez l’avocat, un équilibre vie perso/vie pro

Si elle s’est imposée par la force des choses, le télétravail est perçu de plus en plus comme une nouvelle norme de travail. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, elle prend de l’ampleur et reçoit les faveurs d’acteurs de divers secteurs d’activité.

Le télétravail est aujourd’hui appréhendé comme une des nouvelles organisations du travail qui permettent de combiner en toute harmonie, vie privée et vie professionnelle. Les professions libérales s’y adonnent à cœur joie et en sont plutôt satisfaites.

Si vous êtes un cabinet d’avocat, vous pouvez donc envisager la possibilité du télétravail en toute sérénité. Qui plus est sachant qu’il existe désormais des logiciels pour avocats, grâce auxquels vous pouvez gérer votre cabinet à distance et être au plus près de vos clients et toujours productif.

Le télétravail en cabinet d’avocat, c’est bien possible

Lorsque vous êtes avocat, il arrive un moment dans votre carrière où vous avez du mal à concilier vie professionnelle et vie privée. Entre les obligations professionnelles de votre conjoint(e) et la gestion des enfants, vous pouvez très vite être débordé.

C’est pourquoi l’option du télétravail est à envisager sérieusement. Étant donné que vous exercez une profession libérale, vous avez une certaine marge de manœuvre pour la mettre en place. Il suffit de bien vous organiser, de respecter certains protocoles et de veiller à ce que vos collaborateurs puissent intégrer rapidement les exigences et objectifs de ce nouveau mode de travail.

Mieux, il existe aujourd’hui la possibilité de s’équiper d’un logiciel de direction juridique grâce auquel vous pouvez piloter votre cabinet depuis votre domicile. Ce sont des solutions qui présentent de nombreux avantages et facilitent le télétravail pour les cabinets d’avocats. Elles favorisent la flexibilité de vos méthodes de travail sans compromettre la productivité de vos collaborateurs.

De même, votre relation avec les clients n’est pas affectée, étant donné que vous pouvez les recevoir à distance. De fait, le logiciel avocat dispose d’un logiciel de visioconférence intégré, qui vous permet de maintenir le contact avec vos clients et de suivre vos dossiers. Cette alternative vous permet d’honorer l’obligation qui vous est faite de ne pas recevoir vos clients à votre domicile.

Le logiciel avocat et la réception des clients à distance

Si vous faites le choix du télétravail pour gérer votre cabinet, vous devez miser sur des outils fiables, qui optimiseront l’efficacité de votre boîte. En effet, en télétravail, il est important de maintenir la confiance de vos clients, qui jusque-là sont certainement habitués à vous voir travailler en présentiel.

Fort heureusement, un logiciel avocat offre des garanties sérieuses en ce sens au regard de toutes les possibilités qui lui sont associées. Il vous permet déjà de disposer de tous vos dossiers dans un espace commun, sécurisé et accessible peu importe votre localisation. Vous disposez donc d’une marge de manœuvre non négligeable pour piloter vos équipes avec agilité.

Si vous vous interrogez sur la gestion et le suivi de vos dossiers, vous n’avez rien à craindre. Le logiciel avocat organise et classe tous vos dossiers. Toutes les données dont vous avez besoin sont donc accessibles. Documents, rendez-vous, réunions, emails, tout est à portée de clic. Vous l’aurez compris, en parlant de rendez-vous, nous faisons allusion à la réception de vos clients à distance.

En effet, le logiciel avocat intègre une fonctionnalité de visioconférence, laquelle vous permet d’interagir à distance avec vos clients et d’échanger sur les dossiers en cours. Ces derniers pourront ainsi vous faire part de leurs préoccupations, suivre l’évolution de leurs dossiers et solliciter vos conseils dans le cadre d’une consultation. La visioconférence ne change rien à la qualité du travail et des échanges. Tout se déroule comme si vous étiez en présentiel.

Le logiciel avocat est une solution innovante et efficace dans la modernisation de votre cabinet. Vous pilotez votre cabinet en temps réel, vos tableaux de bord sont mis à jour automatiquement, vous éditez vos factures depuis une application intuitive, accessible sur tous les supports.

Collaborative, l’application vous permet d’échanger avec vos collaborateurs pour que tous soient au même niveau d’information, peu importe la taille de votre cabinet. Il en de même de vos clients avec qui vous opérez en synergie. Avec une telle solution de télétravail, vous êtes l’avocat augmenté.

Les bonnes pratiques quand vous êtes un cabinet d’avocat en télétravail

Le télétravail n’exclut pas la mise en œuvre et le respect de certaines règles destinées à optimiser votre productivité et celle de vos collaborateurs. À la maison, dédiez un véritable espace au télétravail. Un bureau bien éclairé, convenablement équipé de sièges et autres accessoires sera nécessaire à votre confort. Il doit être éloigné de vos lieux de détente et autres loisirs de la maison. Il ne doit pas contenir de siège détente encore moins de lit ou de divan.

Avec vos collaborateurs, vous devez mettre en place des rituels de télétravail. Cela permet de suivre chaque collaborateur dans son travail et de donner les directives nécessaires à une meilleure efficacité. Vous pouvez pour cela, conservez des points de contacts réguliers, chaque lundi matin ou jour de la semaine en fin de journée.

Chacun fera part au cours de ces petites séances de ses évolutions, accomplissements et des difficultés rencontrées dans l’exécution de ses tâches. Le télétravail n’est pas synonyme d’une exclusion de l’écrit. Vous devez donc maintenir une culture de l’écrit en conservant une trace écrite de tous les points évoqués au cours de ces réunions.

Les avantages et contraintes du télétravail en cabinet d’avocat

Le télétravail revêt de multiples avantages. Le premier est probablement le gain de temps, surtout avec un logiciel avocat qui automatise l’essentiel de vos tâches et facilite votre quotidien. En dehors de cet atout, le télétravail permet à vos collaborateurs de gagner en indépendance.

Chacun pourra organiser son emploi du temps comme il l’entend (sauf aménagement contraire) et ainsi être plus efficace et productif dans les tâches qui sont siennes. Pour tous, le télétravail met fin à certaines contraintes comme le réveil précipité pour ceux qui prennent les transports en commun, le stress du quotidien, les relations parfois mitigées avec les collègues.

Avec le télétravail, vous conciliez plus facilement votre vie professionnelle d’avocat et votre vie privée. Si vous avez un conjoint et des enfants, vous êtes alors plus présent et honorez les obligations qui vous incombent en tant qu’époux, épouse, père et mère. D’un point de vue économique, le télétravail vous permet de réduire certains frais tels que l’électricité.

Le télétravail n’est pas sans contraintes cependant. L’un des véritables problèmes auxquels vous pourrez faire face est la qualité de la connexion internet, la disponibilité pour chaque collaborateur d’outils performants lui permettant d’être efficace dans son travail. En effet, le télétravail peut nécessiter des matériels informatiques d’un certain standing.


Les missions d’un avocat en droit du travail

Un avocat défend les intérêts des salariés et des entreprises.

Avant d’entamer les démarches dans un conflit entre un salarié et son entreprise, consulter un avocat utile. Ceci dans le but d’être conseillé et de mettre les chances de son côté.

Tout d’abord, il analyse la situation et le contexte du litige. Ensuite, il informe sur les démarches à suivre. Il conseille également afin que l’avantage soit du côté de son client.

Un avocat en droit du travail conseille dans différents domaines

Conseil sur les modifications apportées au contrat de travail

Si le contrat de travail doit être modifié, au niveau des heures, des jours ou des zones géographiques par exemple, l’avocat étudie et analyse la situation. Il informe également sur les conséquences sur le refus ou l’acceptation de cette modification du contrat.

Conseil sur les ruptures conventionnelles

Lors d’une rupture conventionnelle, il informe sur les étapes à suivre telles que la présence d’un entretien préalable à la rupture conventionnelle, les questions de préavis. Au niveau de la négociation concernant les indemnités par exemple, l’avocat peut trouver de bons arguments pour que son client obtienne les indemnités convenables.

Lors d’une rupture conventionnelle, le salarié a droit à la rétractation. L’avocat lui informe également sur le délai de rétractation, ainsi que les procédures à suivre.

Informe sur des situations de discriminations ou de harcèlement au travail

L’avocat conseille sur les réactions à adopter face aux comportements déviants d’un employeur. En cas de harcèlement par exemple, l’avocat conseille le salarié de saisir le conseil de prud’hommes, qu’il peut et doit également porter plainte contre le harceleur. L’avocat informe également sur la possibilité d’obtenir une indemnisation de son préjudice.

Si le salarié rencontre des discriminations, l’avocat lui conseille de saisir le conseil de prud’hommes.

Informe sur le paiement des heures supplémentaires

L’avocat informe sur le non-paiement des heures complémentaires, des heures supplémentaires, sur la nullité d’une convention de forfait. Le salarié peut demander un rappel de salaire concernant ses heures supplémentaires non payées. L’avocat peut également l’aider là-dessus.

Au niveau des sanctions disciplinaires

L’avocat informe sur les contestations d’une sanction. Par exemple, l’employeur ne donne pas de sanction pécuniaire.

Il informe également sur les conséquences du refus ou contestation d’un avertissement, d’une mise à pied.

Conseil concernant les licenciements

Il n’est toujours pas facile de distinguer faute lourde d’une faute grave, l’avocat est d’une grande utilité pour différencier tout cela. Il informe sur les causes du licenciement : si c’est une cause réelle et sérieuse ou s’il s’agit d’une faute simple ou d’une insuffisance de résultat.

Le salarié peut contester la sanction ou le licenciement.

Il peut contester également le licenciement pour motif économique ou licenciement suite à une réduction d’effectif des salariés.


Un avocat dans le cas d’un litige en droit immobilier

Que ce soit pour la gestion des différentes situations conflictuelles comme le recouvrement des loyers, les successions ou pour le règlement des situations non conflictuelles comme la rédaction d’un bail ou du permis de construire, le recours aux services d’un avocat immobilier reste de mise.

Les différentes missions d’un avocat immobilier

Toutes les affaires afférentes à un bien immobilier sont du domaine de compétence d’un avocat immobilier. Généralement, ces affaires incluent les litiges immobiliers qui mettent en avant les questions d’héritages d’un bien ou un non-recouvrement de loyer. Mais il peut aussi être sollicité pour régler d’autres situations non conflictuelles qui portent sur la construction, l’urbanisme, les hypothèques, les servitudes ou encore la mitoyenneté, la copropriété et le domaine.

Les raisons qui poussent à consulter un avocat immobilier

Avant tout, à l’expert en droit immobilier incombe la défense de son client dans le cadre d’un litige immobilier. Pour des situations conflictuelles, l’avocat devra avant tout chercher à régler les affaires à l’amiable et de procéder à des médiations afin de trouver un terrain d’entente. Après de maintes tentatives de médiation, il devra défendre son client auprès du tribunal.

Dans des situations non conflictuelles, l’avocat immobilier peut concrètement se charger de la rédaction des actes de disposition, la création d’une SCI, l’obtention d’un permis de construire, etc. Là, il devra apporter des conseils afférents à l’administration, au syndic ou encore concernant le contrat de bail.

Les meilleurs moments pour consulter un avocat immobilier

Le meilleur moment pour consulter un avocat immobilier est toujours le plus tôt possible. Pour un conseil, faire appel à ce spécialiste peut être primordial afin d’assurer qu’un contrat vaille au respect des droits immobiliers. Il est d’ailleurs préférable de consulter l’avocat dès le début de la rédaction de l’acte ou du contrat. Et concernant un litige, mieux vaut consulter l’avocat immobilier dès son enclenchement pour éviter l’envenimement de la situation.

Les coûts d’un avocat immobilier

Les honoraires d’un avocat immobilier varient d’un spécialiste à l’autre et selon les prestations. En effet, le prix de ces spécialistes n’est pas encore réglementé et repose sur la notoriété de chaque expert et de la complexité de l’affaire ou du conseil. Le prix pour la consultation d’un spécialiste en droit immobilier pour un procès très conflictuel ne sera de ce fait pas le même que pour un simple conseil de partage d’héritages. Toutefois, pour une première consultation d’environ une heure, comptez en moyenne 220 euros. Vous pouvez par la suite négocier le prix en fonction de vos attentes et de vos exigences. Pour une mission de conseil, le spécialiste peut être payé à l’heure. Mais pour les affaires plus longues et plus complexes, procéder à un paiement forfaitaire reste plus adapté.


Devenir avocat sans diplôme

Devenir avocat sans le baccalauréat est aujourd’hui possible. Le chemin recèle bon nombre d’embuches, mais l’objectif n’est pas provisoire. Avec beaucoup de détermination et de motivation de votre part, vous pourrez devenir avocat.

Comment devenir avocat sans baccalauréat ?

Avoir une simple capacité en droit permet aux non-bacheliers d’accéder aux études de droit. Ils peuvent s’inscrire dans l’enseignement supérieur et au bout d’un certain moment, ils peuvent gagner un diplôme équivalent au baccalauréat, peu importe le diplôme qu’ils ont à condition qu’ils soient âgés de plus de 17 ans. Pour obtenir ce certificat, il faut suivre deux ans de formation et les cours se déroulent seulement le soir à l’université. L’étudiant doit alors passer deux examens à la fin de chaque année d’étude pour pouvoir exercer. Les cours incluent des cours de droit comme le droit civil, le droit commercial, le droit administratif, le droit constitutionnel, la procédure civile et la voie d’exécution, le droit pénal, la procédure pénale, l’économie politique, le droit social et le droit fiscal.

Que faire après cette formation ?

Une fois que l’étudiant obtient cette capacité en droit, il peut choisir entre plusieurs options. Il peut continuer ses études à l’université de 1re année de licence de droit ou L1. S’il a obtenu une moyenne au moins égale à 15 sur 20 aux examens de la 1re et 2e année de capacité en droit, il peut entrer directement en deuxième année de licence de droit. Si aucune de ces options ne l’intéresse, il peut entrer en 1re année de DUT Carrières juridiques ou de BTS en notariat. Sinon, ils peuvent aussi passer les concours de la fonction publique de catégorie B.

Mais pour faire partie d’un centre régional de formation à la profession d’avocat, il faut après l’obtention d’une capacité en droit, faire des études en licence de droit. Une fois le BACC+3 en poche, il faut encore continuer les études et entrer en première année de master de droit. Au même titre que les étudiants qui ont commencé les études universitaires avec un baccalauréat, les titulaires d’une capacité en droit peuvent après le master passer l’examen d’entrée pour prétendre devenir avocats. Dans ce sens, l’Onisep affirme que 50 établissements en hexagone offrent cette formation pour permettre aux étudiants n’ayant pas le baccalauréat de poursuivre tout de même leurs études en droit. Et pour les habitants de l’Outremer, notez que l’université de La Réunion, l’université des Antilles, l’université de Polynésie française, l’université de Nouvelle-Calédonie proposent toutes cette formation. Et pour motiver la majorité, les formateurs s’appuient sur l’exemple concret de Monsieur Jean-Louis Debré, l’actuel, président du Conseil constitutionnel et ancien juge d’instruction a suivi cette formation avant d’obtenir cette place vu qu’il n’a pas eu son baccalauréat.


Quelles sont les missions de l’avocat ?

L’avocat est le porte-parole de ses clients. Mais en plus de le conseiller, de l’assister et de le représenter en justice, l’avocat occupe également d’autres rôles.

L’avocat : le premier juge

Durant la première consultation, l’avocat constitue déjà le premier juge de l’affaire qui lui est exposée. Il étudie et évalue de manière objective le conflit, les droits et intérêts des parties, mais aussi les chances de succès de l’affaire. Dans le cas où il jugerait d’avance que l’affaire n’est pas juste, l’avocat est contraint de refuser de conseiller le justiciable ni même de défendre sa cause.

L’avocat conseille son client

Avant, durant et après le recours à un mode alternatif de règlement des conflits, l’avocat dispose du devoir de conseiller son client. Il devra être présent lors de l’arbitrage, de la conciliation et peut requérir le droit collaboratif et la médiation pour son client. Il conseille également son client lorsque le conflit fait l’objet d’éventuelles procédures : judiciaires, administratives et/ou disciplinaires. L’avocat tient également un rôle primordial dans le cadre des modes de règlement alternatif des différends. Il contribue au bon déroulement du processus particulièrement en aidant son client à clarifier ses buts ou à particulariser sa position et ses gains.

L’avocat tient le rôle de mandataire

En posant des actes juridiques au nom et pour le compte de son client, l’avocat reste son principal mandataire.

L’avocat en tant que défenseur de son client

En respectant la loi et les règles déontologiques qui s’imposent à lui, l’avocat doit défendre les droits et les intérêts de son client. Ainsi, il étale clairement la situation de son client en pointant les arguments forts et professionnels. L’avocat doit également défendre son client en veillant à ce que la loi soit appliquée de manière juste. C’est la raison pour laquelle les auteurs d’infraction(s) ont le droit d’être défendus par un avocat qui a le devoir d’être compétent, diligent, honnête et loyal.

L’avocat joue le rôle de conciliateur

Durant toute la période qui précède et qui suit l’introduction d’une procédure judiciaire (administrative ou autres) , l’avocat a le devoir de faire tout son possible pour favoriser et concourir à une résolution amiable du conflit.

L’avocat comme négociateur

L’avocat est aussi un négociateur. De ce fait, il représente son client pour la conclusion de contrat et/ou d’affaire, l’obtention de permis pour un bien immobilier par exemple, ou pour la résolution amiable d’un litige.

L’avocat est aussi plaidoyer

La plaidoirie constitue la narration orale de la défense du client, accomplie par l’avocat devant les cours et tribunaux. Durant sa plaidoirie, l’avocat doit se vêtir de sa toge. Mais il reste libre de ne pas la porter dans les justices de paix dont le siège est établi à l’extérieur du palais de justice proprement dit.


Avocat, un métier généraliste

Les avocats font généralement partie des professionnels généralistes. Les spécialités prennent les formes des compléments dans un domaine défini du droit. Ils doivent alors suivre des formations générales, avant de participer à un cursus pour devenir spécialistes.

 

Processus pour décrocher les spécialités

Un arrêté du garde des Sceaux entre en vigueur à compter du 27 novembre 1991. Il définit en quinze points les principales spécialisations, et ce, à l’initiative du Conseil National des Barreaux. Les avocats déjà généralistes doivent participer à un examen de contrôle permettant au jury de cerner leurs compétences. Après cette étape, il peut décrocher des spécialités dans son domaine.

Il appartient au Conseil National des Barreaux d’attribuer le certificat de spécialisation aux candidats compétents. Il s’agit, en effet, de l’organe supérieur du métier d’avocat. Les futurs spécialistes assistent à un examen pratique pour convaincre les examinateurs. Ces derniers peuvent ainsi évaluer la compétence professionnelle du candidat dans sa spécialité.

Le jury se compose des membres désignés au Plan National à l’initiative du Conseil National des Barreaux. Il procède à la validation de la pratique professionnelle continue. Il étudie de près un dossier élaboré par l’avocat pour vérifier ses prouesses. Il organise également un entretien ainsi qu’une mise en situation professionnelle. Le CNB délivre, par la suite, les certificats. Il réalise aussi la liste des avocats disposant de la mention de spécialisation.

 

Les différentes spécialisations d’un avocat

Il existe quinze types de spécialisations propres au métier d’avocat. Le droit des personnes concerne une spécialité du droit civil qui s’intéresse particulièrement aux personnes. Elles bénéficient, en effet, de droits spécifiques. Ce type de spécialité concerne neuf domaines, dont le droit de la famille, des étrangers, des successions et donation, du patrimoine, du surendettement, des mineurs, de la réparation du préjudice corporel, de la responsabilité civile et des assurances des particuliers.

La spécialité peut aussi concerner le droit pénal ou bien criminel. Elle définit les conduites antisociales et inclut trois domaines, notamment le droit pénal général, pénal des affaires et de la presse. L’on distingue aussi le droit immobilier, le droit rural et le droit de l’environnement. Le droit public, quant à cette spécialité, correspond aux règles juridiques régissant les relations entre les personnes morales. Il concerne également le fonctionnement administratif, politique et financier du droit public.

À cette longue liste s’ajoutent encore le droit de la propriété intellectuelle, le droit commercial, le droit fiscal et le droit économique. L’on peut aussi citer le droit social, des mesures d’exécution, communautaire et internationale. La spécialisation droit des sociétés se résume par les principales règles concernant les personnes morales ainsi que les sociétés civiles ou commerciales. Elle est constituée de trois principaux domaines, dont le droit des sociétés commerciales et professionnelles, les fusions et acquisitions et le droit des associations et fondations.

Le chargé de communication et les avocats

Certaines professions peuvent être utilisées à bon escient dans de nombreux domaines et c’est le cas pour le chargé de communication. Vous avez donc la possibilité d’améliorer ses qualités liées à cet emploi afin d’être beaucoup plus pertinent. Dans le monde du droit, la communication a une place très importante, vous devez alors être un pilier dans un cabinet.

  • Un tel expert peut relayer la stratégie à l’ensemble du cabinet pour que les différents pôles puissent obtenir les résultats qu’ils souhaitent.
  • Vous serez en charge de valoriser les valeurs de cette société notamment en interne puisque vous devez promouvoir son image.
  • Vous aurez aussi l’occasion de renseigner les avocats et même de les accompagner lors de certaines conversations en public.
  • Le chargé de communication doit être à l’écoute tout en étant capable de s’adapter aux différentes situations.

Faire preuve de minutie est indispensable pour un tel professionnel et vous devez aussi développer un certain sens de la curiosité pour être certain de progresser rapidement en acquérant de nouvelles compétences. Le chargé de communication est donc un poste primordial et il ne faut pas le négliger puisqu’il peut optimiser les objectifs et la réussite.


À quoi sert un avocat fiscaliste ? 

Un avocat fiscaliste est un allié incontournable de chaque entreprise ou également de particulier pour l’accompagner dans toutes les activités concernant la fiscalité et aussi dans la gestion d’administration de fiscalité.

Ce qu’est un avocat fiscaliste

L’avocat fiscaliste, aussi appelé tout simplement fiscaliste ou bien conseiller fiscal ou juriste fiscal ou également avocat en droit fiscal, est un professionnel agissant notamment dans la filière Droit Fiscal. Ce sont des gens qui ont réalisé de longues années d’études et des formations complexes. De ce fait, ils ont une connaissance probante en Finance, en Comptabilité et bien sûr en Droit. Autrement dit, ils sont experts à la fois en droit administratif, en droit commercial, en droit de société, en droit civil et surtout en droit fiscal. Ils doivent adapter et mettre à jour leur connaissance pour pouvoir suivre l’évolution de la législation. Les avocats fiscalistes sont également des personnes pourvues de compétences en langues étrangères pour bien mener leur métier.

Le rôle d’un avocat fiscaliste au niveau des particuliers

L’avocat fiscaliste se sert en tant que conseiller à la fois juridique et fiscal d’un particulier. Pour ce dernier notamment, il a recours à un avocat fiscaliste pour l’accompagner à remplir ses déclarations d’impôt. Il intervient également aux calculs de droit de mutation à titre gratuit que ce soit donation ou bien succession. Outre ces deux cas, l’avocat fiscaliste vient en aide également aux personnes ayant des fonds à l’étranger que l’on veut rapatrier en France. Dans ce cas, le professionnel en droit fiscal régularise la situation de clients auprès de l’administration fiscale.

Le rôle d’un avocat fiscaliste au niveau d’une entreprise

La complexité au niveau de la démarche fiscale au sein d’une entreprise exige une intervention d‘un avocat fiscaliste compétent. Il s’agit, entre autres, d’une fusion, une acquisition, un investissement imprévu et une implantation à l’étranger. Il intervient au montage financier de ces projets tout en prévoyant les conséquences fiscales d’une telle démarche. Il aide également l’entreprise à bien gérer leur patrimoine. Par ailleurs, l’avocat fiscaliste intervient sur les contentieux pour mieux protéger les intérêts économiques et juridiques d’une entreprise. Bref, l’avocat fiscal utilise ses compétences pour faire en sorte que ses clients disposent d’un maximum de confort fiscal.

Bref, que ce soit particuliers ou bien entreprise, pour avoir des conseils en Droit fiscal, ou bien en cas de problème délicat sur le plan fiscal, le professionnel en droit fiscal est la personne la mieux adaptée pour résoudre ces problèmes.