Toilette de chantier : que dit la loi ?

L’hygiène fait partie des points importants à ne pas négliger afin de garantir le bien-être et la sécurité des travailleurs sur le chantier. Cela ne concerne pas uniquement l’entretien du corps. Il faut aussi tenir compte de la propreté du chantier. Cela inclut donc la présence d’équipements sanitaires, dont les toilettes de chantier. En 2015, la commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail a mis en place de nouvelles dispositions. Les détails.

Toilettes de chantier : que dit la loi ?

Les modifications portent uniquement sur une partie du règlement. En effet, les entrepreneurs doivent mettre en place une toilette de chantier pour 30 travailleurs, même s’ils ne sont pas présents sur le site en même temps. À défaut de budget conséquent, ils peuvent opter pour la location de toilettes de chantier auprès d’une société spécialisée dans ce domaine. Ceci leur permettra ainsi de respecter l’article R4228-1 du Code du travail, stipulant que tout employeur doit même à disposition de ses salariés « les moyens d’assurer leur propreté individuelle, notamment des vestiaires, des lavabos, des cabinets d’aisance et, le cas échéant, des douches. »

Pour un chantier de moins de 25 travailleurs, un WC chimique de chantier doit être présent. Il doit contenir une quantité suffisante de papier toilette et de désinfectant. Une installation complète est cependant indispensable pour un chantier de plus de 25 travailleurs.

Ainsi, les toilettes disposeront de :

  • une chasse d’eau,
  • un lavabo alimenté en eau tempérée et propre,
  • un séchoir à main,
  • une serviette en papier,
  • un savon,
  • du papier toilette,
  • un récipient pour les serviettes déjà utilisées.

Dans le cas où l’eau ne serait pas potable, il faudra le notifier à l’aide d’une affiche. Le code exige aussi une distance minimale de 150 mètres entre les toilettes et le site. Un entretien journalier est à prévoir pour garantir la propreté de l’installation.

Quelles sont les caractéristiques des toilettes chimiques ?

Les réglementations visent à offrir un espace de travail plus hygiénique et plus confortable aux travailleurs. Cependant, afin de proposer la solution la plus adaptée, il est important pour l’entrepreneur de connaître les points caractéristiques de chaque équipement.

Les WC chimiques en location disposent d’un lavabo, d’un abattant injecté, d’une cuvette céramique, d’un support papier. Ces sanitaires chimiques disposent de réservoirs extractibles de 70 litres et de lave-mains avec une capacité d’eau de 8 litres. Les portes se ferment à clé. Simple à transporter, ce modèle se veut pratique pour les chantiers. Certains modèles de toilette chimique disposent d’un système de chauffage et d’isolation, garantissant ainsi un usage plus confortable, surtout en hiver.

Les toilettes de chantier : un pilier de la base vie sur un site de construction

La mise en place d’une base vie est indispensable sur un chantier, surtout si ce dernier dure plus de 4 mois. Justement, les toilettes font partie intégrante de cette base vie. Sa mise en place doit être pensée de façon à rendre la vie sur le chantier le plus agréable possible. Il faut prévoir au minimum :

  • 1 WC,
  • 1 urinoir pour 20 hommes,
  • 2 WC pour 20 femmes,
  • 1 lavabo pour 10 personnes,
  • 1 douche pour 8 personnes.

Pour garantir la propreté des toilettes de chantier, il faut prévoir régulièrement des travaux de vidange. Cette opération consiste notamment à vidanger l’eau du réservoir WC, à traiter les effluents et à désinfecter toutes les surfaces.

WC chimiques de chantier : quel entretien ?

En plus de la location de toilettes chimiques, certaines sociétés proposent également d’assurer la vidange et le nettoyage des WC. Cette prestation comprend alors :

  • la vidange et le remplacement de l’eau du réservoir
  • le pompage et le nettoyage à l’aide de produits désincrustants
  • la désinfection
  • le remplissage en eau du réservoir pour le lavabo
  • la mise à disposition de papier toilette
  • la prise en charge des effluents