Devenir avocat sans diplôme

Devenir avocat sans le baccalauréat est aujourd’hui possible. Le chemin recèle bon nombre d’embuches, mais l’objectif n’est pas provisoire. Avec beaucoup de détermination et de motivation de votre part, vous pourrez devenir avocat.

Comment devenir avocat sans baccalauréat ?

Avoir une simple capacité en droit permet aux non-bacheliers d’accéder aux études de droit. Ils peuvent s’inscrire dans l’enseignement supérieur et au bout d’un certain moment, ils peuvent gagner un diplôme équivalent au baccalauréat, peu importe le diplôme qu’ils ont à condition qu’ils soient âgés de plus de 17 ans. Pour obtenir ce certificat, il faut suivre deux ans de formation et les cours se déroulent seulement le soir à l’université. L’étudiant doit alors passer deux examens à la fin de chaque année d’étude pour pouvoir exercer. Les cours incluent des cours de droit comme le droit civil, le droit commercial, le droit administratif, le droit constitutionnel, la procédure civile et la voie d’exécution, le droit pénal, la procédure pénale, l’économie politique, le droit social et le droit fiscal.

Que faire après cette formation ?

Une fois que l’étudiant obtient cette capacité en droit, il peut choisir entre plusieurs options. Il peut continuer ses études à l’université de 1re année de licence de droit ou L1. S’il a obtenu une moyenne au moins égale à 15 sur 20 aux examens de la 1re et 2e année de capacité en droit, il peut entrer directement en deuxième année de licence de droit. Si aucune de ces options ne l’intéresse, il peut entrer en 1re année de DUT Carrières juridiques ou de BTS en notariat. Sinon, ils peuvent aussi passer les concours de la fonction publique de catégorie B.

A lire  Quelles sont les missions de l’avocat ?

Mais pour faire partie d’un centre régional de formation à la profession d’avocat, il faut après l’obtention d’une capacité en droit, faire des études en licence de droit. Une fois le BACC+3 en poche, il faut encore continuer les études et entrer en première année de master de droit. Au même titre que les étudiants qui ont commencé les études universitaires avec un baccalauréat, les titulaires d’une capacité en droit peuvent après le master passer l’examen d’entrée pour prétendre devenir avocats. Dans ce sens, l’Onisep affirme que 50 établissements en hexagone offrent cette formation pour permettre aux étudiants n’ayant pas le baccalauréat de poursuivre tout de même leurs études en droit. Et pour les habitants de l’Outremer, notez que l’université de La Réunion, l’université des Antilles, l’université de Polynésie française, l’université de Nouvelle-Calédonie proposent toutes cette formation. Et pour motiver la majorité, les formateurs s’appuient sur l’exemple concret de Monsieur Jean-Louis Debré, l’actuel, président du Conseil constitutionnel et ancien juge d’instruction a suivi cette formation avant d’obtenir cette place vu qu’il n’a pas eu son baccalauréat.

Quelles sont les vraies études pour devenir avocat ?

L’ambition de revêtir la robe noire, de plaider en cour et de défendre les droits d’autrui captive l’imaginaire de bien des aspirants au métier d’avocat. Mais quel est le chemin académique pour accéder à cette profession noble et exigeante ?

Dès l’aurore de ce périple, la licence en droit se présente comme le sésame inévitable. Durant trois années, elle plonge l’étudiant dans les méandres du droit civil, pénal, constitutionnel ou encore administratif. Cet apprentissage s’approfondit par la suite avec un master en droit, offrant une spécialisation dans des domaines tels que le droit des affaires, le droit pénal, ou toute autre branche susceptible d’éveiller la curiosité de l’apprenti juriste.

A lire  Effacer une condamnation du casier judiciaire : procédures et conseils d'un avocat

Une fois le master en poche, l’aspirant avocat se dirige vers l’école du barreau pour y suivre la formation d’avocat. Celle-ci, jalonnée de stages et d’enseignements théoriques, culmine avec le fameux examen du barreau. Une fois cette étape franchie avec brio, le futur avocat prête serment devant la cour d’appel. Le serment est l’apothéose du parcours, marquant l’entrée officielle dans le monde des avocats.

Décider de devenir avocat n’est pas une vocation à prendre à la légère. Au-delà des compétences académiques, c’est une profession qui exige passion, dévouement et un sens aigu de l’éthique. Si le parcours peut sembler ardu, il est le garant d’une formation solide, permettant d’exercer avec rigueur et excellence. De ce fait, les études pour devenir avocat ne sont pas faciles.